: Activité d’élaboration des procédures et documents relatifs au transport des échantillons - 18 et 19 mars 2019 à Yamoussoukro

Vote it
(0 Votes)
Écrit par  Publié dans Actualités

  1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

En Côte d’Ivoire, deux évaluations de laboratoire nationales ont été effectuées par le Système d'approvisionnement Gestion de la chaîne (SCMS) et l'Association des laboratoires de santé publique (APHL) en 2008 et en 2009 respectivement. Ces évaluations ont révélé des faiblesses dans les différents 

domaines du système de laboratoire en Côte d'Ivoire. Les principales faiblesses comprennent: l’insuffisance ou l'inexistence de politiques de laboratoire; la faiblesse et l'absence de standardisation des infrastructures de laboratoire. L'infrastructure de laboratoire est insuffisante pour manipuler ou traiter avec de nouveaux agents pathogènes. Le manque d'équipement et de consommables de base pour le diagnostic de la microbiologie et la faiblesse d’harmonisation des équipements de laboratoire ; la faiblesse du programme d'entretien des équipements de laboratoire, de soutien logistique et des processus d'approvisionnement des produits de laboratoire l’inadéquates et la gestion des stocks; la faiblesse des systèmes d'information de santé et le manque d'outils et d'indicateurs de laboratoire spécifiques; absence d'interconnexion entre les laboratoires spécialisés centraux (IPCI, LNSP) et d'autres laboratoires du réseau.

Outre les faiblesses ci-dessus citées, le diagnostic des infections opportunistes du VIH / SIDA, autres que la tuberculose, sont quasi inexistantes en dehors de la capitale Abidjan, et IPCI est le seul laboratoire public la prestation de ce service. Le système national de surveillance des maladies à potentiel épidémique est également faible. Dans le réseau de laboratoires, la biosécurité et la prévention des risques biotechnologiques sont inexistants.

Les récentes menaces d'épidémie d'Ebola en Côte d'Ivoire a révélé de faibles compétences notamment l’absence de coordination de l'intervention, le personnel de laboratoire des régions qui ne participent pas à la prise de décision.

L'un des objectifs sera pour les 10 laboratoires régionaux d'avoir une équipe de surveillance prête à répondre rapidement aux épidémies et à mettre en œuvre des mesures de biosécurité et de sécurité biologique

La Côte d'Ivoire ne possède pas de système national de transport de l'échantillon, ce qui conduit à un circuit de transport inapproprié et non formel pour les cas suspects de maladies à potentiel épidémique. Un système de transport d’échantillons pour la surveillance des agents lié aux maladies évitable par la vaccination existe mais les acteurs dénoncent la qualité ou la perte des échantillons qui souvent ne peuvent être utilisés au laboratoire et le non retour des résultats liés à l’absence du laboratoire de CHR dans la chaine de surveillance épidémiologique.

Il s’agira dans cette activité de mettre à la disposition des acteurs des procédures et des documents permettant une traçabilité des échantillons dirigés vers les laboratoires de référence.

2- OBJECTIF GENERAL

  • Développer des procédures et des documents de suivi du transport des échantillons
  • 3- OBJECTIFS SPECIFIQUES

 

  • Identifier et élaborer le cahier des charges des personnes en charge du transport d’échantillons et de la sous-traitance dans les laboratoires
  • Identifier et élaborer les processus, procédures d’envoi et d’envoi et de sous-traitance.
  • Elaborer les procédures de traitement, de préparation et de conditionnement et de conservation des échantillons avant envoi.
  • Identifier et Elaborer les processus, procédures et documents de retour des résultats.

Dernière modification le mercredi, 20 mars 2019 10:12

Administrateur

L'institut

Actualités

Newsletter Pasteur CI