Management des Biobanques, Bioconservation et Cryobiologie

Vote it
(0 Votes)
Écrit par  Publié dans Atelier de formations

 

République de Côte d’Ivoire

Union, Discipline, Travail

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Institut Pasteur de Côte d’Ivoire


 

Management des Biobanques,

Bioconservation et Cryobiologie

 


 

                  A l’attention des professionnels du secteur de la santé, des sciences de la vie, de l’environnement,de l’agro-alimentaire,

de l’Enseignement,de la recherche et de la R & D     des secteurs publique et privé

 

 

 

Organisateurs et partenaires

Organisateurs

Ministère de l'enseignement supérieur et de  la recherche scientifique
  • Université Félix HouphouëtBoigny
  • UFR des Sciences Médicales

Ministère de la Santé et de la lutte contre le SIDA

  • Direction de la formation et de la recherche
  • Direction des Infrastructure et des Equipements Médicaux

Institut Pasteur de Côte d’Ivoire

  • Direction : Pr Dosso Mireille, Pr Faye Kette Hortense, Mr Samassi Mamadou
  • Département Biobanque : Dr DoumbiaSimini, Dr Money Marcelle, Dr Cisse Souleymane
  • Département Formation : Pr Kacou N’Douba Adèle.
  • Département Prévention et Biosécurité : Pr Kouassi M’Bengue Alphonsine
  • Département Technique et Technologique : Dr Aoussi Serge, Dr Kakou Solange
  • Département Epidémiologie et recherche Clinique : Dr Ouattara Djénéba, Dr Ouattara Abdoulaye
  • Département Environnement et Santé : Dr Cissé Bakary, Dr Koffi Eugène, Dr Koffi Stéphane
  • Qualité: Dr KouaméElogne Clarisse

Partenaires

  • Institut Pasteur de Paris, Plate–forme IcareB (France)
  • Organisation Mondiale de la Santé (OMS) 
  • Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire
  • Société Air Liquide Côte d’Ivoire
  • Société DMC (Division Matériel et Cryogénique) France
  • Centre de Formation d’Air Liquide Santé à Genas Lyon

 

Justification

Collectionner, même le vivant, est une pratique scientifique ancienne. La génétique et son développement croissant ont remis au goût du jour cette activité. La Biobanque est une collection systématique d’échantillons biologiques humains (sang, urine, ADN, tissu, cellules etc…) et des données personnelles qui y sont associées. Les biobanques présentent l’intérêt d’être des collections à la fois d’échantillons et de données; et en la matière, les pays industrialisés ont une grande avance  sur les pays en voie de développement. A la faveur de l’émergence de pathologies graves (VIH/SIDA, fièvres hémorragiques…), des essais cliniques (paludisme, méningite…) et des grands programmes nationaux de surveillance (Polio, Rougeole, Choléra, Grippe…) dans les pays au sud du Sahara, les laboratoires ont constitué de vastes collections biologiques plus ou moins bien conservées. La valeur des collections d’échantillons biologiques réside dans la qualité des ressources biologiques, leurs conditions de prélèvement et de conservation ainsi que dans  la qualité des informations associées aux échantillons. Ce patrimoine biologique, véritable richesse pour les générations futures doit être organisé et conservé selon les directives internationales : Normes d’Assurance Qualité (ISO 9001v :2008, NF S96-900…), charte de Bioéthique, réglementation internationale du transport d’échantillons biologiques, respect des directives techniques concernant le froid et ses applications ainsi que la Bioinformatique.

Contexte

Contexte International

Le développement de la demande mondiale en ressources biologiques milite en faveur d'un accroissement notable du nombre de Centre de Ressources Biologiques (CRB) et de leur qualité. Actuellement, seuls quelques grands centres nationaux sont en mesure d'assumer un rôle polyvalent et d'offrir un accès à des organismes vivants variés tels que des cellules bactériennes, fongiques, végétales et animales, ainsi que des cellules et gènes humains pour une description de leur fonctionnement physiologique et physiopathologique.

D'autres centres jouent un rôle plus restreint, quoiqu'important, en fournissant des ressources spécialisées limitées, mais essentielles. Le développement, l'expansion et la survie de ces CRB sont confrontés à de multiples problèmes.

Ils sont liés à (i) la révolution moléculaire (génomique et information révélée par le séquençage de l'ADN), (ii) à l'accélération des efforts de préservation de la biodiversité, (iii) aux incertitudes liées au financement, ce qui menace leur stabilité, (iv) à la nécessité de mettre en place un dispositif approprié d'assurance qualité, et (v) aux restrictions d'accès aux ressources biologiques tant nationales qu'internationales. Ces dernières découlent de la protection par le secteur industriel privé des investissements et du secret industriel, du régime d'importations/exportations, de la protection des droits de propriété intellectuelle, des exigences de sécurité et des préoccupations éthiques concernant l'utilisation des gènes et autres ressources biologiques.

En mettant à disposition des matériels et des informations biologiques dont l'identité et la qualité sont garanties, les CRB offrent une infrastructure indispensable à l'investigation scientifique et la Recherche-Développement (R & D). Ils constituent des sources essentielles d'informations et de matériels pour de nombreuses utilisations pratiques, notamment industrielles. Les enjeux économiques des CRB sont donc essentiels. Les perspectives concernant  les applications biotechnologiques, agricoles, environnementales et médicales sont considérables et ont bien été perçues par les pays développés.

Les CRB ont la possibilité de mener des travaux de R-D sur les ressources biologiques qu'ils détiennent. Ils disposent souvent de l'expertise nécessaire à l'approfondissement de l'identification, la caractérisation et la conservation de ces ressources. Les collections de cultures microbiennes, les «virothèques», les herbiers, les jardins botaniques, les zoos et les collections de ressources génétiques végétales et animales ex situ contribuent tous à la préservation de la biodiversité qui est menacée par le développement économique, les catastrophes naturelles et les changements climatiques. Les CRB sont des conservatoires de ressources biologiques permettant de contribuer à  la protection de la propriété intellectuelle. Ilsdisposent de l'expertise indispensable à l'élaboration par les pouvoirs publics des politiques en matière de ressources biologiques, ainsi qu'à l'information et à la sensibilisation du public. Ils constituent des organismes auxquels le public et les décideurs peuvent faire appel pour les aider de manière objective à élaborer des réglementations et des lignes directrices en vue d'une utilisation, sûre et conforme à l'éthique, des ressources biologiques, notamment de celles issues des gènes humains. Cependant les questions éthiques deviennent de plus en plus cruciales pour les populations et pour les décideurs.

Contexte  de la région africaine

Le Nigeria participe au consortium international du projet HapMap regroupant entre autres le Canada,  le Japon, les Etats-Unis, la Chine et le Royaume-Uni.  En Afrique du Sud, BARC (Bio AnalyticalResearch Corporation) appartient au réseau de laboratoires d’essais cliniques. Il a un accord de coopération pour le Biobanking dans le cadre d’essais vaccinaux pour le VIH. BARC SA est une joint-venture entre la Belgique et BARC SA et les Laboratoires Lancet (Laboratoires de diagnostic, accrédité selon les normes internationales en Afrique du Sud, au Swaziland, au Botswana, au Zimbabwe, en Zambie, en Mozambique, au Ghana, en Ouganda et au Kenya)  dontle siège social international est à Gand, en Belgique et le siège local est à Johannesburg. Un projet britannique (MRC) a mis en place une biobanque à Banjul (Gambie). Les Biocollections existent dans de nombreux laboratoires des établissements de santé et de recherche de la région  Ouest Africaine mais aucune des Biobanques présentes n'y est organisée comme le préconisent les normes.

Contexte en Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire certaines institutions ont des biocollections. Elles concernent le monde agricole (Centre National de Recherche Agronomique), la botanique (Jardin floristique de l’Université Houphouët-Boigny à Cocody), les échantillons humains et les microorganismes (CIRBA, CEDRES, CDC RETROCI[1], laboratoires des universités et des hôpitaux). Il s’agit de collections plus ou moins importantes. Mais il n’y a pas de véritable conceptualisation de Centre de Ressources Biologiques.

Une Biobanque y a été créée officiellement au sein de l’IPCI (Institut Pasteur de Côte d’Ivoire) avec le statut de département par l’arrêté  N° 105 du 11 février 2010 du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Le partenariat avec le Ministère de la santé qui a toujours été très fort et ce depuis 1972 s’est renforcé par un arrêté interministériel en Juin 2006 qui désigne les Centres Nationaux de Référence (au nombre de 20) de l’IPCI. L’Institut fait partie du Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP). Centre d’accueil de patients, de recherche et de formation, l’IPCI est une structure qui possède des collections  d’échantillons spécialisées en microorganismes. Face aux  maladies émergentes la disponibilité d'échantillons exploitables aux fins d’études rétrospectives éventuelles s’avère capitale. En Côte d’Ivoire, l’IPCI est très souvent sollicité lors des problèmes de santé publique tels que lors du déversement des déchets toxiques en 2006 et plus récemment, lors d’épidémies de fièvre jaune, de polio, de dengue et de grippe.

Objectif général

Développer les compétences en gestion et en conservation des Ressources biologiques dans les pays à ressources limitées en formant les professionnels de la santé humaine et animale, des sciences de la vie, de l’environnement, de l’enseignement, de l’agro- alimentaire, de la recherche et de la R & D des secteurs publique et privé.

Objectifs spécifiques

  1. Identifier les exigences relatives aux normes des Centres de Ressources Biologiques
  2. Décrire l’organisation et la gestion d’un centre de Ressources Biologiques
  3. Expliquer les activités d’un Centre de Ressources Biologiques
  4. Sensibiliser les professionnels à la Bioéthique
  5. Situer le rôle des Centres de Ressources Biologiques  dans le développement des recherches appliquées et dans la valorisation des produits

Domaines

Santé humaine et animale, Sciences de la vie, Biologie, Microbiologie, Agriculture, Agro-alimentaire, Environnement.

Public visé

Il est constitué de chercheurs, de Biologistes, de Microbiologistes,d’Ingénieurs, de techniciens, de professionnels des laboratoires et d’étudiants en sciences de la vie, l’agriculture,l’agro-alimentaire l’environnement de Côte d’Ivoire, des membres du RIIP, des personnels des entreprises publiques et privées, nationales et sous régionales.

Le nombre de participants est de 20 à 25 par session.

Méthodologie

La durée de la formation est de sept (7) heures /jour pendant dix (10) jours ouvrables soit un total de soixante-dix (70) heures. Une période d’à peu près quinze (15) jours devra être dégagée par les participants.

La formation est dispensée aussi bien sous forme de cours théoriques, que de travaux pratiques en groupes, de démonstrations pratiques ou encore de visites de sites.

Période et lieu

Octobre 2013 (2 semaines) à Abidjan, Côte d’Ivoire,

Institut Pasteur de Côte d’Ivoire/ Adiopodoumé

Programme

Module 1 : Généralités et  Centres de Ressources Biologiques

  • Définition et historique du concept
  • Centres de Ressources Biologique : Classification, Organisation, Gestion et applications
  • Réseaux de Centres de Ressources Biologiques
  • Normes et textes éthico- réglementaires

Module2 : Gestion des échantillons et des données

  •  Matériel biologique conservable
  • Techniques de prélèvements des échantillons
  • Conservation des échantillons
  • Transport des échantillons et des souches
  • Processus de reconditionnement après cryoconservation
  • Système informatisé de gestion des stocks d’échantillons et des données associées

Module 3 : Froid et cryoconservation

  •  Généralités sur le froid
  • Action du froid sur le vivant
  • Bases fondamentales de la cryoconservation
  • Caractéristiques et risques de l’Azote liquide
  • Cryoconservation
  • Biosécurité et Cryoconservation
  • Dispositifs de sécurité et précautions en vue du transport des fluides cryogéniques
  • Equipements et  cryoconservations
  • Fonctionnement des équipements
  •   Sécurisation des salles de cryoconservation

Module 4 : Management

  • Gestion des ressources humaines
  • Gestion des infrastructures et des équipements
  • Gestion des réactifs, consommables et des petits matériels
  • Sécurité dans un centre de ressources biologiques
  • Aspects éthico-juridiques
  • Aspect financier d’un Centre de Ressources Biologiques  dans un pays à ressources limitées
  • Système documentaire et qualité
  • Démarche qualité d’un centre de Ressources Biologiques
  •  Accès aux ressources biologiques
  • Ressources biologiques et recherche

 

Le coût de la formation est de 500 000  F CFA

La date limite des pré-inscriptions est fixée au 30 juin 2013.  Cette date a été repoussée au 13 septembre 2013.

La date du résultat des préinscriptions est fixée au  20 septembre 2013 et  la date du résultat d’inscription définitive après acceptation des dossiers est  fixée au 4 octobre 20 13.

 

Formulaire de pré-enregistrement


Télécharger le formulaire de pré-inscription pour le cours : «Management des Bio banques, Bio conservation et Cryobiologie »

Veuillez remplir le formulaire de pré-inscription et l'envoyer à l'adresse suivante :

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Important : Ceci n’est pas une feuille d’inscription ! Le département formation de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire vous adressera la confirmation de votre préinscription par mail, ainsi que les informations relatives à votre inscription définitive.

 



[1]CDC / Center Disease contrôle rétrovirologie Côte d’Ivoire, Centre de Diagnostic et de Recherche sur le SIDA, Centre Intégré de Recherche

 

Dernière modification le lundi, 29 juillet 2013 14:29

L'institut

Actualités

Newsletter Pasteur CI