Centre National de Référence de La Rage

Vote it
(0 Votes)
Écrit par  Publié dans Centre nationaux de référence

Le virus rabique appartient à la famille des Rhabdoviridae et au genre Lyssavirus.

Il est un virus neurotrope et induit une encéphalomyélite d’issue toujours fatale. La rage compte parmi les maladies infectieuses dont le taux de mortalité est parmi les plus élevés. Alors qu’elle tend à disparaitre dans les pays industrialisés, elle se maintient dans la plupart des pays en développement. Le nombre de morts lié à la rage est estimé à 55 000 par an dont 44% en Afrique. En Côte d’Ivoire, la surveillance de la rage est dévolue pour le volet humain à l’Institut National d’Hygiène Publique (INHP) dans son aspect épidémiologie et à l’Institut Pasteur pour le diagnostic et la recherche virologique. La Direction de la Santé Animale et le Laboratoire de Pathologie Animale du Ministère de la Production Animale et des Ressources Halieutiques s’occupent du volet animal. Le CNR Rage crée par arrêté interministériel N°393 du 21 juin 2006 est situé à l’unité des virus du Système Nerveux au Département des Virus Epidémique de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire. Il a pour missions de:

 Réaliser le diagnostic de la rage sur les animaux suspects d’être à l’origine de la contamination humaine

-        Établir le diagnostic de rage pour tout cas humain suspecté et pour tout animal susceptible d’avoir transmis la rage à l’homme ;

-        Contribuer à la surveillance épidémiologique, en liaison avec le laboratoire Vétérinaire de Bingerville ;

-        Renforcer le rôle d’alerte en signalant à l’Institut National d’Hygiène Publique, toute apparition d'un cas chez l'homme ou chez un animal susceptible d’avoir transmis la rage à l’homme et de l’apparition de nouveau phénotype

 

Activités de diagnostic CNR :

Pas d’échantillon reçu.

 

 Source de financements : Budget IPCI

 

Bilan des formations dans le cadre du CNR

-        Deux étudiants en thèses ont été encadrés au cours de l’année 2011 dans l’unité. Un en biologie humaine et tropicale (BHT) et l’autre en environnement.

-        Un technicien a été formé à la gestion des données lors d’un atelier organisé du 04 au 10 décembre à Bassam par la DC-PEV.

 

L'institut

Actualités

Newsletter Pasteur CI